Discours du CEMAT lors du Triomphe 2019

Le discours inaugural du Triomphe 2019

Officiers élèves et élèves officiers de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et de l’École militaire interarmes, jeunes officiers de l’armée de Terre,

Le monde qui vient aura besoin d’âmes fortes et de cœurs ardents. Il est en transformation rapide et présente de magnifiques opportunités. Mais le monde qui vient est aussi celui de l’incertitude, de l’instabilité et du retour des rapports de force, comme mode de règlement des différends entre nations. C’est votre génération qui va répondre à ces formidables défis.

Le temps de l’audace est arrivé. En choisissant la carrière des armes, vous ne choisissez pas la facilité. Votre vie va se confondre avec une mission, celle de défendre la France, nos intérêts, nos alliés et nos partenaires. Vous allez œuvrer à construire un monde plus stable et en paix. Vous protégerez notre liberté, notre creuset de valeurs et de culture commune, notre art de vivre. Vous serez des ambassadeurs de notre manière d’être au monde. Vous allez défendre notre nation, dans toute sa diversité. Vous ne protégerez pas une idée abstraite mais bien une communauté charnelle d’êtres vivants.

Beaucoup d’officiers sont tombés pour la liberté de notre pays. Je voudrais, à cet instant, leur rendre hommage et rendre hommage à leurs familles. Toute la nation mesure le risque et la beauté de votre engagement.
Très bientôt, vous rejoindrez les unités d’une armée de Terre reconnue et respectée. Engagée en Afrique, au Levant et sur le territoire national, notre armée fait la guerre mais use de la force avec retenue, sans passion et sans haine. Elle incarne, aujourd’hui, une forme de gratuité et propose un idéal dans une société en quête de sens.

Les attentes de la nation envers vous sont donc fortes. Il vous faut tout d’abord de l’intelligence. Perfectionnez sans cesse vos connaissances et n’arrêtez jamais d’apprendre. Ne vous reposez pas sur vos certitudes. Vous avez des instructeurs et des professeurs de grande qualité et je salue leur engagement. Ils vous ont donné le goût pour la pensée militaire et la culture générale, votre boussole dans un monde ou les frontières de la vérité sont de plus en plus troublées. Cette formation vous permettra de mieux appréhender les rapports internationaux, d’apprécier avec plus de finesse la situation en opérations et de comprendre l’autre et les ressorts de son action, que vous le protégiez ou que vous le combattiez.

Continuez à apprendre votre métier avec passion. Ne négligez rien pour devenir des chefs complets et compétents. Vos cadres et vos instructeurs sont là pour ça. Ce sont de très grands professionnels qui consacrent toute leur énergie à vous transmettre leur expérience.

Soyez ensuite des officiers de caractère, capables d’articuler la pensée et l’action, d’imposer votre marque aux événements. Ayez le goût d’être responsables, d’entreprendre, de décider. Commandez et commandez franchement. Commandez par l’exemple en vous rappelant que l’ordre le plus simple et le plus puissant reste « suivez-moi ». Commandez comme vous aimeriez être commandés et vous susciterez le dévouement de vos hommes. Donnez-leur la fierté d’être des soldats servant la France. Faites-en des hommes et des femmes généreux, des passionnés de leur métier, du tir, de la tactique, du sport et de l’entraînement.

Soyez également courageux, que ce soit sur le terrain ou dans le champ des idées. Comme toutes les vertus, le courage est en nous parce que nous le pratiquons. Allez à la conquête du courage en imitant des exemples qui vous ont marqués et par la constante répétition de petits actes intrépides. Sortez du confort et recherchez le risque. Soyez inventifs, imaginatifs et recherchez sans cesse la liberté d’action.

Enfin, pour donner du sens à votre engagement, vous aurez besoin d’avoir un cap et de vous appuyer sur des traditions. Le cap, c’est la mission qui nous est donné. Les traditions, c’est notre manière de nous enraciner dans une histoire qui nous donne de la fierté, nous fait redresser la tête et regarder le monde comme si nous allions le conquérir.

Notre âme de soldat a un besoin vital de ces traditions. Elles nous apprennent le courage et nous invitent à nous surpasser. Elles nous unissent, quels que soient nos grades, nos convictions, nos origines sociales ou de recrutement. Elles nous aident à faire corps. Mais la tradition n’est pas figée. Dans quelques instants, nous allons vivre un moment important avec le baptême de promotion du 3e bataillon de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr et de la 2e brigade de l’École militaire interarmes. Vos promotions vont s’inscrire dans la cohorte de celles de vos anciens qui vous précèdent. Le nom de baptême que vous allez recevoir vous inspirera, j’en suis sûr, courage et audace.
J’ai enfin une pensée pour vos familles qui voient, à cet instant, leurs filles ou leur fils s’engager sur les chemins exigeants de la carrière d’officier. C’est en partie grâce à l’éducation que vous avez donnée à vos enfants qu’ils en sont là. Vous pouvez être fiers d’eux.
Je ne vous cache pas non plus ma fierté de compter une si belle jeunesse dans nos rangs.

En vous voyant rassemblés sur le Marchfeld, viennent à moi les mots qu’Edmond Rostand fait prononcer à Cyrano, « rien n’est plus précieux pour un homme de mon âge que d’admirer mes cadets ».
Souriez, car demain vous serez dépositaires de l’honneur de l’armée.
Rappelez-vous que c’est votre devoir. Soyez dignes de cette ambition. ■

Les commentaires sont fermés.